Sortir la violence de sa vie, sans sortir de lautochtonie : limportance de mieux comprendre les besoins des femmes autochtones en milieux urbains

Catherine Flynn, Geneviève Lessard, Lyse Montminy, Renée Brassard

Résumé


Cet article présente les résultats dune étude sinscrivant dans une action concertée portant sur la violence conjugale envers les femmes autochtones du Québec. Notre recherche a porté sur les besoins et lexpérience de ces femmes en milieu urbain. Le corpus était constitué de trois groupes de discussion comprenant 24 hommes et femmes autochtones de Québec et de Montréal, tous concernés par la problématique de la violence conjugale. Lanalyse a permis de dégager trois besoins en matière daide psychosociale : faire connaître la situation et le vécu des femmes autochtones victimes de violence conjugale, bénéficier dune aide adaptée à la réalité culturelle des Autochtones et être en lien avec des ressources ou avec un réseau naturel dentraide dès son arrivée en ville. Des interventions permettant de répondre à ces besoins ont également été identifiées. Elles sinscrivent dans une perspective de conscientisation et de responsabilisation collective sur la violence conjugale et misent sur lautodétermination (empowerment)  des femmes autochtones, de leur famille et de leur collectivité.


Mots-clés


Femmes Autochtones; Violence Conjugale; Services sociaux

Texte intégral :

PDF

Références


Agence de la santé publique du Canada (2008). Femmes autochtones et violence familiale. Ottawa : Agence de la santé publique du Canada, Centre national dinformation sur la violence dans la famille.

Blackstock, C., Trocmé, N. et Bennet, M. (2004). Child maltreatment investigations amoung Aborignal and Non-Aboriginal families in Canada. Violence against women, 10, 901-916.

Brennan, S. (2011). La victimisation avec violence chez les femmes autochtones dans les provinces canadiennes, 2009 (rapport Juristat). Ottawa : Statistique Canada. (no 85-002-X)

Brownridge, D. (2003). Male partner against Aboriginal women in Canada: an empirical analysis. Journal of interpersonnal violence, 18, 65-83.

Collins, P. (2000). Black feminist thought: knowledge, consciousness and the politics of empowerment (2e éd. revue). New York et Londres : Routledge.

Commission de la santé et des services sociaux des Premières nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL). (2003). Adapter nos interventions à la réalité autochtone. Ottawa : Santé Canada.

Commission royale sur les Peuples autochtones (1996). Rapport de la Commission royale sur les Peuples autochtones. Perspectives et réalités (vol. 4). Ottawa : Ministère des approvisionnements et Services Canada.

Damant, D., Lapierre, S., Kouraga, A., Fortin, A., Hamelin-Brabant, L., Lavergne, C. et Lessard, G. (2008). Taking child abuse and mothering into account: Intersectional feminism as an alternative for the study of domestic violence. Affilia, 23, 123-185.

Femmes autochtones du Québec inc. (FAQ) (2008). Les femmes autochtones et la violence. Kahnawake, Québec : Femmes autochtones du Québec.

Flynn, C. (2010). Femmes autochtones en milieu urbain et violence conjugale. Étude exploratoire sur lexpérience et les besoins en matière daide psychosociale selon des hommes et des femmes autochtones concernés par cette problématique (mémoire de maîtrise, Université Laval, Québec). www.theses.ulaval.ca/2010/27765/27765.pdf

Flynn, C. et Brassard, R. (2012). La maternité autochtone en contexte de violence structurelle : entre repères culturels, négociations et hégémonie. Dans S. Lapierre et D. Damant (dir.), Regards critiques sur la maternité dans divers contextes sociaux (p. 102-124). Québec : Presses de lUniversité du Québec.

Hamby, S. (2000). The importance of community in a feminist analysis of domesticviolence among American Indians. American journal of community psychology, 28, 649-669.

Hill, D. (2003). La guérison traditionnelle dans les contextes comptemporains : protéger et respecter le savoir et la guérison indigènes. Ottawa : Organisation nationale de la santé des Autochtones.

Hines, D. et Malley-Morrison, K. (2005). Family violence in the United States: defining, understanding, and combating abuse. Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

Jaccoud, M. et Brassard, R. (2003). La marginalisation des femmes autochtones à Montréal. Dans D. Newhouse et E. Peters, Des gens dici Les Autochtones en milieu urbain, Projet de recherche sur les politiques (p. 143-160). Ottawa : Gouvernement du Canada.

Jones, L. (2008). The distinctive characteristics and needs of domestic violence victims in a Native American community. Journal of Family Violence, 23, 113-118.

Kasturirangan, A., Krishnan, S. et Riger, S. (2004). The Impact of Culture and Minority Status on Womens Experience of Domestic Violence. Trauma, violence and abuse, 5, 318-332.

Laprairie, C. (1987). Native women and crime: a theoretical model. The Canadian journal of native studies, 7, 121-137.

Laroque, E. (1994). Violence in Aboriginal communities. Ottawa : Centre national dinformation sur la violence dans la famille.

LÉcuyer, R. (1990). Méthodologie de lanalyse développementale de contenu. Québec : Presses de lUniversité du Québec.

Lévesque, C. (2003). La présence des Autochtones dans les villes du Québec: mouvements pluriels, enjeux diversifiés. Dans D. Newhouse et E. Peters, Des gens dici Les Autochtones en milieu urbain, Projet de recherche sur les politiques (p. 25-39). Ottawa : Gouvernement du Canada.

Marchand, I. et Ricci, S. (2010). Sexisme et racisme : la diversité ethnoculturelle, défi au mouvement féministe. Dans C. Corbeil et I. Marchand (dir.), Lintervention féministe dhier à aujourdhui. Portrait dune pratique sociale diversifiée (p. 65-92). Montréal : Éditions du remue-ménage.

McGilivray, A. et Comaskey, B. (1999). Black eyes all of the time: intimate violence, Aboriginal Women, and the justice system. Toronto : University of Toronto Press.

Montminy, L., Brassard, R., Jaccoud, M., Harper, É., Bousque, M.-P. et Leroux, S. (2011). Pour une meilleure compréhension des particularités de la violence familiale vécue par les femmes autochtones au Canada. Nouvelles pratiques sociales, 23, 53-66.?

Pharand, S. (2008). Ishkuteu : Des services daides en violence conjugale en réponse aux besoins des femmes autochtones. Montréal : Fédération de ressources dhébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec et Femmes autochtones du Québec.

Pires, A. (1997). Échantillonnage et recherche qualitative : essai théorique et méthodologique. Dans J. Poupart, J.-P. Deslauriers, L. Groulx, A. Laperrière, R. Mayer et A. Pires (dir.), La recherche qualitative : enjeux épistémologiques et méthodologiques (p. 113-167). Boucherville : Gaëtan Morin.

Smith, D., Varcoe, C. et Edwards, N. (2005). Turning around the intergenerational impact of residential school on Aboriginal people: implications for health policy and practice. Canadian journal of nursing research, 37(4), 3960.

Tourigny, M., Domond, P., Trocmé, N., Sioui, B. et Baril, K. (2007). Les mauvais traitements envers les enfants autochtones signalés à la protection de la jeunesse du Québec : comparaison interculturelle. First People child and family rewiew, 3, 84-102.

Statistique Canada (2001). La violence familiale au Canada. Ottawa : Statistique Canada, Centre canadien de la statistique juridique.

Statistique Canada (2006). Mesure de la violence faite aux femmes tendances statistiques. Ottawa : Statistique Canada.

Weaver, H. (2009). The colonial context of violence: Reflections on violence in the lives of American Indian women. Journal of interpersonal violence, 24, 1552-1563.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


© Alterstice  2010-2018 - ISSN 1923-919X

Établi avec le soutien de l’Association internationale pour la Recherche InterCulturelle (ARIC), du Centre de recherche Cultures-Arts-Sociétés (CELAT) et de l' équipe de recherche METISS . Le site est hébergé par le service informatique de la Faculté des Sciences Sociales de l'Université Laval (Québec, Canada) pour le laboratoire "Psychologie et Cultures".