Quand la routine prend le dessus sur lurgence : le rôle des réseaux dans le processus d'établissement de familles maghrébines au Québec.

Nadia Deville-Stoetzel, Catherine Montgomery, Lilyane Rachédi

Résumé


Cet article expose les réflexions et résultats d'analyses sur le rôle des réseaux de relations dans les phases d'établissement de familles maghrébines nouvellement arrivées au Québec. La migration internationale représente une mise à lépreuve et une remise en question de toutes les sphères de la vie sociale : relations au quotidien, insertion résidentielle et professionnelle. Ces sphères sont interreliées, mais les réseaux semblent néanmoins se démarquer dun point de vue analytique par leur caractère transversal, multiplexe et mobilisable immédiatement. Ainsi, les migrants peuvent sappuyer autant sur le réseau interpersonnel (transnational et local), des collectifs ou sur des dispositifs institutionnels et de services pour les soutenir dans ce processus d'établissement dans leur pays d'accueil. À partir de l'analyse des récits de vie de familles maghrébines vivant au Québec, nous avons distingué trois phases d'établissement. Pour chacune, nous décrivons l'articulation de la mobilisation des différents types de réseaux sociaux ainsi que leurs dynamiques d'influence et d'utilité durant le processus d'établissement. Ces phases sont : le projet migratoire enclenché dans le pays d'origine, la phase initiale de migration qui représente le moment de l'arrivée dans le pays d'accueil et la phase de l'établissement, qui correspond aux premières années suivant larrivée.


Texte intégral :

PDF

Références


Autes, M. (1992). Les paradoxes de linsertion. Dans R. Castel, et J.-F. Laé (dir.), Revenu minimum d'insertion, une dette sociale (p. 93-120). Paris : L'Harmattan.

Beaud, S. (1996). L'usage de l'entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l'«entretien ethnographique». Politix, 9, 226-257.

Bellot, C. (2005). La diversité des trajectoires de rue des jeunes à Montréal. Dans N. Brunnelleet M-M. Cousineau (dir.), Trajectoires de déviance juvénile (p. 71-93). Québec : Les Presses de lUniversité du Québec.

Berger, P. et Luckmann, T. (2006). La construction sociale de la réalité. Paris : Armand Colin.

Bertaux, D. (1980). Lapproche biographique : sa validité méthodologique, ses potentialités. Cahiers internationaux de sociologie, 69, 197-225.

Bessin, M., Bidart, C. et Grossetti, M. (2010). Bifurcations. Paris : La Découverte.

Biernacki, P. et Waldorf, D. (1981). Snowball sampling : Problems and techniques of chain referral sampling. Sociological Method and Research, 10, 141-163.

Brückner, H. et Ulrich Mayer, K. (2005). De-standardization of the life course : what it might mean? And if it means anything, whether it actually took place? Advances in Life Course Research, 9, 27-53.

Castel, R. (1991). De lindigence à lexclusion : la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabilité relationnelle. Dans J. Donzelot (dir.), Face à l'exclusion (p. 137-168). Paris : Esprit.

Di, C., Meunier, E. et Moro, M.-R. (2010). Le complexe dUlysse ou les métamorphoses de lidentité dans le contexte de limmigration [en ligne]. http://www.rvh-synergie.org. [Version remaniée en 2011 disponible dans Psycho-média, 32 et 33]

Dubet, F. (1994). Sociologie de l'expérience. Paris : Seuil.

Elder, G. (1998). The life course and human development. Dans W. Damon, N.J. Hobokenet J. Wiley, Handbook of child psychology, Vol. 1. Theoretical models of human development (p. 939-991). New York : John Wiley & Sons.

Elder, G., Kirkpatrick Johnson, M. et Crosnoe, R. (2004). The emergence and development of life course theory. Dans J. Mortimer et M. Shanahan, Handbook of the life course (p. 3-19). New York : Springer.

Gaulejac, V. (1999). Histoire en héritage : roman familial et trajectoire sociale. Paris : Desclée de Brouwer.

Grossetti, M. (2005). Where do social relations come from? A study of personal networks in the Toulouse area of France. Social Networks, 27, 289-300.

Grossetti, M. (2006). L'imprévisibilité dans les parcours sociaux. Cahiers internationaux de sociologie, 120, 5-28.

Hao, L. et Kawano, Y. (2001). Immigrants welfare use and opportunity for contact with co-ethnics. Demography, 38, 375-389.

Le Gall, J. (2005). Familles transnationales : Bilan des recherches et nouvelles perspectives. Les Cahiers du GRES Diversité Urbaine, 5(1), 29-42.

Montgomery, C. (2009). Une valise toujours prête devant la porte. Altérité, récits et demandeurs dasile. Dans A. Gohard-Radenkovic et L. Rachédi, Récits de vie et expériences de la mobilité : nouveaux territoires intimes, nouveaux passages vers laltérité (p. 95-110). Paris : LHarmattan.

Montgomery, C., Isseri, J., Fournier, B., Fortin, M.-N. (2009). Pousser un chariot avec un baccalauréat sur le dos : trajectoires en emploi de jeunes immigrants récemment arrivés au Québec. Montréal : Éditions Vézina.

Montgomery, C., Le Gall, J. et Stoetzel, N. (2010). Cycle de vie et mobilisation des liens locaux et transnationaux : le cas des familles maghrébines au Québec. Lien Social et Politique, 64, 79-93.

Montgomery, C., Léonard, S. et Defert, F. (2011). Favoriser la parole par le récit. Expériences dintervention et de recherche auprès de demandeurs dasile, Politiques sociales, 3-4, 27-40.

Montgomery, C., Xenocostas, S., Rachédi, L.et Najac, S. (2011). Migration et continuités dans les histoires de familles immigrantes. In F. Kanouté et G. Lafortune (dir.), Familles dorigine immigrante : polysémie des pratiques sociales. Enjeux sociaux, de santé et déducation (p. 29-44). Montréal : Presses de lUniversité de Montréal.

Niewiadowski, C. (2006). Lévènement : entre intra-psychique et socio-psychique. Évènements catastrophes, effets de résonances et interprétation dans les groupes. Pensée Plurielle, 13(3), 49-58.

Poupart, D. et Rhéaume, J. (2002). Récits de vie en groupe et Gestalt : roman familial et trajectoires sociales. Revue québécoise de Gestalt, 5, 9-27.

Rhéaume, J., Chaume, C. et Poupart, D. (1996). Roman familial et trajectoires sociales : le groupe comme outil dimplication et de recherche. Revue Intervention, 83-90.

Sapin, M., Spini, D. et Widmer, E. (2007). Le parcours de vie : des trajectoires en interaction. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes. (coll. Savoir Suisse).

Stoetzel, N. (2007). Lidentification et limpact de différents types de réseaux sociaux dans les trajectoires de vie de personnes assistées sociales (mémoire de maîtrise). Université de Montréal.

Vatz Laaroussi, M. (2009). Mobilité, réseaux et résilience. Le cas des familles immigrantes et réfugiées au Québec. Québec : Presses de lUniversité du Québec.

Vatz Laaroussi, M. et Bolzman, C. (dir.) (2010). Les réseaux familiaux transnationaux : nouvelles familles, nouveaux espaces de citoyenneté. Lien social et politiques, 64.

Vinsonneau, G. (1999). Inégalités sociales et procédés identitaires. Paris : A. Colin.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


© Alterstice  2010-2019 - ISSN 1923-919X

Établi avec le soutien de l’Association internationale pour la Recherche InterCulturelle (ARIC), du Centre de recherche Cultures-Arts-Sociétés (CELAT) et de l' équipe de recherche METISS . Le site est hébergé par le service informatique de la Faculté des Sciences Sociales de l'Université Laval (Québec, Canada) pour le laboratoire "Psychologie et Cultures".